Institut de Cardiologie Personnalisée Lyon 


-A +A

Vous êtes ici

Premiers secours en cas de syncope

Comment réagir efficacement en cas de syncope


 

  • Est-il possible d’interrompre un épisode de syncope ? Si, oui, comment ?                                

mesures d'urgences à réaliser en cas d'épisode de syncope_institut_de_cardiologie_lyon_traitement_des_arythmies_cardiaques_centre_de_reférence_lyonIl est possible d’interrompre un épisode de syncope et ainsi d’éviter la perte totale de connaissance et/ou les blessures qui en découlent,  en apprenant à reconnaître signes précurseurs de la syncope, en s’allongeant et en réalisant des « contre mesures ».

  • Quels sont les signes précurseurs ?

Ces symptômes, que le patient doit apprendre à reconnaître, sont les suivants : sensation générale de malaise, faiblesse, nausées, troubles digestifs et visuels, transpiration excessive, pâleur, palpitations, vertiges, étourdissements, douleurs à la poitrine. Ils préviennent qu’une syncope est sur le point de se produire.

  • Pourquoi est-il nécessaire de s’allonger ?

Quand le patient ressent les signes précurseurs et a l’impression qu’il est sur le point de perdre connaissance, il doit immédiatement s’allonger et, si possible surélever ses jambes,(par exemple en les appuyant contre un mur). Il ne doit jamais rester debout en pensant pouvoir surmonter les symptômes ; il pourrait se blesser en tombant.

Le patient doit rester allongé jusqu’à ce qu’il se sente mieux (pendant au moins 5 à 10 minutes). Les tentatives pour se lever et s’asseoir avant ce temps de repos pourraient entraîner une autre syncope.  S’il ne peut pas s’allonger, il doit au moins s’accroupir.

  • Quelles sont les contre mesures à adopter ?

Si vous ressentez quelques-uns des signes précurseurs mais que vous ne pouvez pas vous allonger, vous pouvez essayer de réaliser les contre mesures suivantes pendant quelques minutes ; elles augmentent la pression artérielle et interrompent l’épisode de syncope ; leur but est d’empêcher les syncopes vasovagale et orthostatique :

- croisez les jambes et contractez vos muscles

- joignez vos mains et serrez-les fermement l’une contre l’autre

- manipulez une balle « anti-stress ».

Si cela ne fonctionne pas (en d’autres termes si les signes précurseurs persistent et que vous ne vous sentez pas mieux), allongez-vous immédiatement.

  • Comment réagir durant une syncope ? Que faire en cas de syncope ?

Au cours d’un épisode de syncope, l’entourage du patient ne doit pas le forcer à rester debout ou assis, mais le laisser s’allonger et surélever ses jambes. Il ne doit surtout pas boire, en particulier de l’alcool. Il faut immédiatement s’assurer que le patient respire bien et que son cœur bat normalement. S’il ne respire pas et/ou que son pouls ne peut être détecté dans les secondes qui suivent la perte de connaissance, appelez immédiatement une ambulance et commencez la réanimation. En effet, le patient ne fait pas une syncope, il est en arrêt cardiorespiratoire. Il est indispensable que les personnes présentes au moment de la syncope observent attentivement le patient afin de rapporter les éléments suivants au médecin : couleur de la peau et de la muqueuse (pâles ou congestionnées), sueurs, incontinence, mouvements involontaires du corps et des membres, temps écoulé avant que le patient ne revienne à lui, troubles neurologiques temporaires (déformation de la bouche, incapacité à bouger les jambes et les bras, déséquilibre).

  • Comment réagir suite à une syncope ?

Le patient doit être conduit aux urgences les plus proches immédiatement après l’épisode de syncope dans les cas suivants :

- s’il s’agit de son premier épisode de syncope,

- s’il s’est blessé en tombant,

- s’il souffre d’une maladie cardiaque,

- s’il est âgé et/ou souffre de maladies liées à l’âge,

- s’il se remet d’une façon anormalement lente de sa perte de connaissance, se plaint de douleurs dans la poitrine, éprouve des difficultés à respirer, à parler correctement et/ou à bouger un ou plusieurs de ses membres.

Dans tous les autres cas, le patient n’a pas besoin d’une assistance immédiate et pourra consulter son médecin plus tard.